Un sac « vite fait » pour les reconstitutions médiévales


Dans l’attente de fabriquer mon joli sac « histo » (et sourcé), j’ai cousu 2 sacs pour nos 1ers campements, l’un pour Loïc / Þorólf, l’autre pour moi. Très simple à réaliser, il permet d’utiliser une chute de textile ; ensuite, il suffit de l’améliorer (ou non) avec des broderies !

Mon sac fini ! (l’autre sac est identique, mais sans broderie…)

Matériel
– idéalement, un morceau de laine ou de lin d’un seul tenant d’au moins 120 cm de long et de 30 cm de large ; mais vous pouvez « reconstituer » ce grand rectangle avec plusieurs pièces de tissus
– pour la bandoulière, soit une longue bande de tissu, soit un galon (tissage au peigne ou aux cartes)
– des fils assortis (personnellement je ne couds qu’avec des fils de laine teintes de façon artisanale avec des teintures végétales : j’adore le rendu et je trouve ça très agréable à travailler)
– le « classique » nécessaire de couture : ciseaux, aiguille, etc.

La bandoulière
On commence par la bandoulière puisque c’est elle qui va ensuite (en partie) déterminer les dimensions du sac…
Si vous en avez sous la main, vous pouvez prendre un joli galon, mais il faut qu’il soit assez large (3 cm minimum) sinon cela donnera un sac dans lequel on ne peut pas mettre grand chose…

Personnellement, j’avais une loooooongue bande du même textile (du lin) : environ 12 cm de large pour 150 cm de long. J’ai donc réalisé la bandoulière avec celle-ci.
Comme pour toutes les coutures « viking », on s’occupe d’abord de l’équivalent du « surfilage » de l’époque, c’est-à-dire qu’on prépare tous les bords pour qu’ils ne s’effilochent jamais par la suite. Cela peut sembler être une « perte de temps », mais c’est indispensable… et c’est ce qui donne ce point de couture si particulier qui permet d’ailleurs de reconnaître au 1er coup d’oeil une couture « histo » (et faite à la main).

On rabat donc les bords du tissu 2 fois sur lui-même et on coud ce rabat avec un point glissé bien perpendiculaire au bord du tissu. Sur le recto du textile, cela donne une série de petits traits perpendiculaires. On peut donc en profiter pour mettre un joli fil de couleur si c’est un effet voulu !

Le « surfilage » viking : un point glissé au verso = une série de petits « traits » perpendiculaires au bord du tissu au recto !

Un fois cela terminé, on coud bord à bord la bandoulière sur toute sa longueur, toujours avec ce même point glissé. C’est vraiment tout simple à faire, il suffit d’être régulier !
Pour ma version de sac, j’ai choisi de broder un motif avec des fils bordeaux et de é tons de vert ; je vous mets les photos, mais c’est totalement facultatif !

Fermeture de la bandoulière
D’abord la bordure au fil bordeaux…
… puis le motif en vert vif…
… puis un complément de motif en bordeaux…
… et des finitions en vert clair !

Le sac
Maintenant que la bandoulière est terminée, vous connaissez sa largeur exacte… C’est une mesure indispensable pour déterminer les proportions de votre sac (voir le dessin du patron en haut de l’article). À vous de voir si vous voulez un grand rabat ou plutôt un sac en hauteur.

Tout d’abord, comme pour la bandoulière, on « surfile » tout le tour de la bande de tissu.
Personnellement, uniquement pour le rabat, j’ai en + replié les 2 coins (voir photo ci-dessous).

« Surfilage » du sac… avec des coins repliés pour le rabat

Pour mon sac, j’ai réalisé la broderie du rabat avec un motif proche (mais différent) de la bandoulière.

D’abord un point « chausson » vert vif bien espacé…
… un 2e point « chausson » en quinconce et de la même couleur…
… un passage en bordeaux en haut…
… puis en bas (mais en haut sur la photo)…
… et on termine de part et d’autre avec 2 lignes bordeaux et vert clair !


L’assemblage de la bandoulière et du sac…
Il n’y a plus qu’à assembler la bandoulière et le sac, tout bêtement !
Comme je sais que j’ai tendance à mettre pleeeeeeeeeein de choses dans mon sac, je veux qu’il soit bien résistant. Je couds donc, toujours au point glissé, l’envers du sac. Puis je retourne le sac et je recouds sur l’endroit toutes les coutures que je viens de faire. Et voilà, mon sac est terminé !

Mais si je prévois un sac qui aura besoin d’une hyper grande résistance (parce que je sais que je vais y mettre plusieurs kilos de bazar), il suffit de réaliser ses coutures au point glissé dans un sens puis dans l’autre ; cela va donner – si vous cousez de façon bien régulière – un joli motif en croix. Et pour une résistance maximale, je fais à nouveau ce point sur le recto en 2 passages. Mais bien sûr, cette partie est facultative, tout dépend de l’usage du sac !

1er passage du point glissé…
Notez que mes points de raccord bandoulière / sac sont + rapprochés que lors du simple « surfilage » !


Si jamais tu n’oses pas te lancer pour le fabriquer toi-même, contacte-moi via le blog qu’on puisse en discuter !

Envie de découvrir nos voyages dans les pays du Nord ? C’est ici que cela se passe !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer