Reconstituer des chausses du Haut Moyen Âge (version « femme »)

Que de débats autour des chausses vikings (et d’ailleurs même pour les chausses du Haut Moyen Âge en général) ! En laine ou en lin ? Teintes ou non ? Sous le genou ou en haut des cuisses ? […]

Reconstituer un capuchon – ou comment se lancer dans la couture quand on n’ose pas…

Je viens de coudre un capuchon (un höttr) et j’ai trouvé que c’était un vêtement parfait pour qui veut se lancer dans la couture médiévale mais n’a jamais osé.

Tissage aux cartes – les 10 conseils que j’aurai voulu avoir au début…

Si vous faites de la reconstitution viking / médiévale, la fabrication de vos propres galons va rapidement être un indispensable ! […] Après quelques mois de « perfectionnement », voici les 10 conseils que j’aurai aimé avoir dès mes débuts, histoire d’être + efficace (et rapidement) ! […]

Fingerloop, la suite – Modèles 9 à 12

Et voilà la fin, les modèles 9 à 12 avec les explications en français.
N’hésitez pas à consulter les précédents articles : les modèles 1 à 4 (avec les sources et les meilleurs tutos glanés sur le web) et le 2e avec les modèles 5 à 8 !

Fingerloop, la suite – Modèles 5 à 8

Dans le précédent article (Fingerloop – des tresses médiévales à utiliser partout ! Modèles 1 à 4), je vous ai présenté notamment les 1ers modèles du challenge Instagram #fingerloopeveryday…
Voici donc la suite avec les modèles 5 à 8 proposés en français !

Fingerloop – des tresses médiévales à utiliser partout ! Modèles 1 à 4

J’avoue, j’ai un coup de coeur particulier pour cette technique… Je l’avais découverte dans la série de petits livrets pour la reconstitution viking (« Cords and braids » de Susanna Broome), mais ce sont surtout les vidéos de Morgan Donner qui m’ont convaincu de me lancer !

Un pantalon viking !

Mon conjoint Þorólf (à prononcer « Sorolf ») a grand besoin d’un « vrai » pantalon en laine.
Les Vikings portaient un « sous-pantalon » en lin non-teint qui est en fait l’équivalent d’un sous-vêtement (un caleçon long, très long). Par-dessus, ils portaient un pantalon qui pouvait être en lin teint, mais qui était le + souvent en drap de laine teint. Et c’est ce vêtement auquel on va s’intéresser pour cet article…

Reconstituer un serk : la « sous-robe viking »

Pour ma 1ère tenue (n’hésitez pas à consulter l’article qui la décrit intégralement), j’ai choisi de reconstitué une robe-tablier (smokkr) ce qui implique donc de réaliser une sous-robe (un serk). Cette sous-robe est donc aussi un « sous-vêtement », c’est-à-dire qu’elle se porte à même la peau.

Le 1er costume de Brynhildr

Je suis donc Brynhildr (Brunehilde en version « française »). Avec mon conjoint Þorólf (à prononcer « Sorolf »), forgeron, nous constituons une micro-cellule familiale un peu « à part » car ce métier est tenu en haute estime chez les scandinaves du Moyen Âge. Nous ne représentons pas un couple « riche » mais nous ne sommes pas non plus des « pécores »…

Encore des bonnets en naalbinding…

L’hiver s’installe… et on me demande des bonnets en naalbinding ! L’un pour un « reconstitueur viking », l’autre pour mon osthéo qui a craqué sur le rendu ! Comme ces bonnets « partent de la maison », j’en profite pour créer la jolie explication qui va bien avec ! ^^
Comme jusqu’à maintenant, laine islandaise 100 % couleurs naturelles…

Mes débuts en tissage aux cartes

Indispensable dans la reconstitution « viking » : la fabrication de galons !
Lors de notre voyage en Suède (à découvrir ici et + particulièrement notre visite de la réserve viking de Foteviken près de Malmö), j’avais pu observer un ouvrage en cours de tissage aux cartes – ou tissage aux plaquettes – mais malheureusement personne pour montrer comment cela fonctionnait… Cela ne m’a pas empêché d’acheter quelques plaquettes en bois pour + tard…

DIY – le naalbinding

Passionnés d’histoire (c’est ma formation universitaire il faut dire), nous sommes depuis longtemps attirés par la période viking… C’est d’ailleurs pour cela que notre 1er voyage ensemble – en 2016 – aura été en Suède (à découvrir ici). Au hasard de nos visites, j’avais acheté quelques « outils » et ouvrages pour m’essayer aux techniques, mais je ne me suis penchée sur le sujet que récemment.
Et c’est ainsi que je me découvre une passion pour le naalbinding, cette technique qui n’est ni du tricot ni du crochet, mais plutôt une suite de « noeud » de laine à l’aide d’une aiguille large.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer